S’ILS L’ONT FAIT, VOUS AUSSI, VOUS POUVEZ LE FAIRE.

Découvrez dans cette lettre ces permaculteurs débutants accompagnés d’un Club inédit,
qui récoltent déjà 10 fois plus que les pro, même (et surtout) sur de petites surfaces :

A cela rien, de magique, je vous explique tout cela dans cette lettre.

 

Et c’est vital, car chaque foyer a un pouvoir miraculeux en créant son potager « anti-crise »

  • Un refuge pour la biodiversité en péril
  • La meilleure assurance vie pour nos proches

Et le meilleur moment pour le faire… c’est maintenant !

Chère lectrice, cher lecteur,

La permaculture a changé ma vie.

La permaculture, tout le monde en parle. C’est devenu en quelques années un phénomène mondial !

Personne ne peut être « contre » (à part certains lobbies, mais je n’ouvre pas ici le débat…).

Cela parle intimement à chacun de nous : que l’on soit parent, infirmier, professeur, maraicher, agriculteur, employé de bureau, ado, grand-mère…

Que l’on soit jardinier, ou pas encore, ou pas du tout !

Car la permaculture, ce n’est pas du jardinage

Pour moi, c’est comme avoir appris une nouvelle langue !

Je m’en sers au quotidien, cela m’a permis de voir les choses différemment, de rencontrer de nouvelles personnes, d’avoir des résultats incroyables….

De reconnecter les différentes pièces du puzzle de notre société, si déséquilibrée.

Juste en changeant mon point de vue, et certaines pratiques.

N’écoutez pas ceux qui vous vendent la permaculture comme quelque chose de compliqué, de forcément cher, ou alors réservé à certaines personnes.

Selon moi, c’est la recette suivante :

  • Une bonne dose de bon sens
  • Une part généreuse des meilleurs savoirs faire ancestraux
  • Le tout saupoudré des dernières découvertes scientifiques sur les bienfaits incroyables de la permaculture, quel que soit le domaine appliqué !

Je m’explique :

La permaculture est un outil ultra puissant pour que chaque citoyen puisse agir à son échelle et changer le monde, sans pour autant devoir changer radicalement de vie !

thumbs_up

Ce n’est pas pour rien que l’on commence à l’enseigner dans certains collèges précurseurs en France [1]

thumb_down

Ou qu’au contraire, la permaculture soit censurée de projet de loi ambitieux pour l’enseigner dans les écoles d’agronomie [2 : à ce sujet, voir ma pétition « rendez-nous nos semences libres »]

Le potager anticrise permet cela : « Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde »…

Comme nous disait sagement Gandhi !

Et franchement, commencer simplement un potager en permaculture c’est littéralement faire ce que l’on peut :

✔︎ De plus simple

✔︎ De plus impactant

✔︎ De plus rapide

Même sur balcon, même sans balcon (vive la permaculture en intérieur, c’est tout-à-fait possible, je vous en reparle plus bas)

Pour contribuer à améliorer notre monde et celui qu’on laissera à nos enfants !

Je pense que c’est pour cela que les médias parlent tant du jardinage en permaculture, alors qu’en réalité les principes et les techniques de la permaculture s’appliquent dans tous ces autres domaines (selon les fondateurs Australiens).

Commencer un (petit) jardin ultra abondant, presque sans effort, sans aucun pesticide, c’est un jeu d’enfant

Quels que soient votre sol, votre expérience et votre âge (à condition d’avoir les bonnes infos au bon moment).

Par exemple, l’arrosage !

Connaissez-vous les oyas ancestrales ?

Planter une oya dans le sol à proximité de la plante permet d’économiser 80% d’eau, toute l’année.

Soit une économie de 500 €, au moins, car 90% d’entre nous arrosons avec l’eau du robinet (ce qui est un désastre de gâchis d’eau douce !).

Et encore pire : l’eau chlorée du robinet salinise votre terre, donc c’est vous tirer une balle dans le pied en pensant bien faire.

Pourtant, rien de plus logique que de ne « pas » ou « peu » arroser.

La permaculture ramène au bon sens : ce n’est pas vous qui cultivez les plantes.

C’est votre sol.

Prenez donc soin de votre sol, (en ne le touchant presque plus), et il produira sans arrosage ni engrais de succulentes récoltes abondantes !

Autre exemple, le paillage !

Tout le monde parle des buttes en lasagne et du paillage.

Evidemment, c’est une bonne chose.

Le problème, c’est que les journalistes vulgarisent ces « techniques » sans donner les clés de compréhension.

Pourquoi le fait-on ? Comment le fait-on ?

En 2 mots, créer des « lasagnes » ou « pailler », c’est reconstituer ce qui se passe à l’état naturel : le sol est sans cesse nourri, la nature est une immense orgie 24 heures sur 24.

Mais ces milliards de travailleurs naturels de récoltes abondantes ont différents goûts, et le buffet est toujours varié, équilibré.

Du coup, si vous ne mettez que de la paille pour pailler, ou si vous dosez mal vos couches de lasagnes, le buffet est déséquilibré…

… Conséquence :

  • Vous avez créé un buffet uniquement pour les limaces ou les mulots
  • Au lieu de recréer pas à pas un écosystème nourri, qui fera le reste du travail à votre place

C’est pourquoi il est vital de ne pas faire du « shopping d’astuces » glânées par ci par là.

Mais d’être vraiment accompagné par des experts et des jardiniers intuitifs qui ont testé avant vous, pour vous faire gagner un temps fou !

Car vous aussi, vous pouvez créer un Eldorado d’abondances incroyables, et cela ultra rapidement.

Permaculture, « c’est la solution de notre humanité »

Vous me connaissez, je m’appelle Florence et j’ai créé mon infolettre il y a maintenant plus d’un an.

Dans cette infolettre, j’envoie gratuitement une à deux fois par semaine des conseils pragmatiques de jardinage permacole, ou plutôt de la posture du permaculteur dans sa vie au quotidien.

Je reçois vos emails de réponse tous les jours, et je réponds à chacun, grâce à la petite équipe mise en place.

Vous êtes très nombreux à me remercier de cette lueur d’espoir de la permaculture pour sauver notre monde, notre système défaillant, pour en faire un écosystème résilient.

Et je n’invente rien. Je partage mon humble expérience, mais d’autres géants de la permaculture prouvent tous les jours que c’est une solution globale et grandiose.

Par exemple, la permaculture permet de reverdir les déserts :

Voir à ce sujet le très inspirant Geoff Lawton en Jordanie [3]

Ou encore, la permaculture encore plus rentable que l’agriculture conventionnelle ?!

C’est ce que démontre une étude sur plusieurs années sur une parcelle 1 000 mètres carrés cultivés en permaculture, sans aucune mécanisation ni intrant chimique. [4]

Le tout, validé par le très sérieux Institut National de la Recherche Agronomique (l’INRA) [5].

OK, comment commencer dès maintenant, chez vous ?

Ne faites pas mon erreur : quand j’ai découvert la permaculture, j’ai ressenti une énorme bouffée d’air, et en même j’en avais la tête qui tournait…

Par où commencer ?

La permaculture c’est juste titanesque, tout ce qu’il y a à savoir (jardinage – santé naturelle etc…) pour gagner à nouveau notre reconnexion à la Terre, notre autonomie alimentaire.

Mon conseil n°1 : faites peu, mais faites-le régulièrement, et faites-le bien !

 « fait c’est mieux que parfait »

« tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ».

C’est pourquoi j’ai créé quelque chose qui n’existe nulle part ailleurs :

 

✔︎ Pour éviter mes erreurs au plus grand nombre,

✔︎ Pour que vous, vous puissiez obtenir votre oasis naturelle en quelques semaines à peine,

✔︎ Même en pleine ville.

✔︎ Pour accompagner humainement le plus grand nombre de débutants en permaculture, à chaque étape de leur jardin.

 

Ce Club est ouvert à tous ceux qui veulent :

  • Reprendre en main leur alimentation
  • Faire moins de courses au supermarché
  • Revitaliser leur lopin de terre pour faire revenir les papillons, les oiseaux, les pollinisateurs
  • Viser l’autonomie alimentaire en récoltant toute l’année
  • Reconnecter leurs enfants à la nature
  • Gagner leur autonomie en recettes et remèdes naturels avec ce qu’ils cultivent dans leur jardin

En fait en un mot, prendre soin de la terre pour prendre soin d’eux, et vice-versa !
Par où commencer dans ce beau programme ?

Première étape : lisez ces 6 guides essentiels que je vous offre exceptionnellement pour débuter sans erreur dès aujourd’hui.

Livraison immédiate par email pour planifier votre jardin et votre autonomie alimentaire.
Plus de 100 pages cumulées dans ces 6 dossiers numériques conçus sur mesure pour vous donner l’essentiel :

Guide n°1 : Comment fertiliser la terre gratuitement
LA première étape avant de planter quoi que cela soit

Guide n°2 : Découvrez la surface requise selon votre projet de récoltes
Et selon le nombre de personnes dans votre famille

Guide n°3 : Découvrez mon tableau clé en main des associations de plantes
Pour planifier sans erreurs le potager de vos rêves et doubler ses rendements

Guide n°4 : Planifier l’autonomie alimentaire sans gâchis
Mes conseils de quantité de plants / graines à semer selon votre projet d’autonomie

Guide n°5 : Vous avez plein de « mauvaises herbes » ?
Au contraire c’est une chance pour démarrer son potager,
découvrez mes conseils pour en faire des alliées !

Guide n°6 : Vous êtes impatient de commencer ?
Voici les 8 légumes qui ne nécessitent aucun entretien, pour un potager express

Le meilleur moment pour le commencer, c’est maintenant !

Vous avez beau lire ces lignes en été ,au printemps, en automne ou en hiver…
OUI, on peut commencer son potager à n’importe quel moment de l’année

Vous verrez dans mes publications mensuelles du Club qu’à chaque saison il y a des choses à faire et à planter, quelle que soit votre région, quel que soit le mois de l’année.

Car la nature continue de vivre toute l’année.
Et la permaculture consiste à chausser une nouvelle paire de lunettes pour l’aider à vivre, sans nous, et elle vous le rendra au centuple !

Évidemment, plus tôt vous commencez votre potager, plus vite vous ferez des économies

Le tableau suivant est une étude faite toute seule, en comparant combien on dépense pour 4 personnes sur l’année :

Evidemment, les coûts dépendent du budget alloué et de la consommation en fruits et légumes selon chaque foyer, mais ce qui est sûr c’est qu’investir dans son potager est de loin le plus rentable pour tout le monde.

Les coûts du potager maison sont simples :

  • Matériel de base
  • Graines, ou plants
  • Abonnement revue, livre

Notons que ce ne sont pas des dépenses, mais de vrais investissements.

Minimes quand on les compare aux bienfaits santé que cela nous procure, par rapport aux autres postes de dépenses…

Mais surtout, le potager permacole, c’est exponentiel : plus vous retardez sa création, plus vous privez votre descendance d’un patrimoine gigantesque

Grâce à notre accompagnement dans le Club, vous allez remettre en place pas à pas un écosystème naturel ultra résilient et abondant.

Cela peut prendre quelques semaines, ou plusieurs saisons, selon l’état de base de votre terre.

Mais il ne faut rien lâcher, car plus vous prenez soin de votre potager naturellement, plus il deviendra autonome et abondant.

C’est juste le meilleur investissement possible, pour vous, pour vos proches, et pour notre planète.

En fait le plus dur, c’est seulement de commencer !

C’est pourquoi ce Club est organisé de la manière suivante :

Outil n°1 du Club : la force de son réseau !
En rejoignant ce Club, vous rejoignez une communauté francophone mondiale d’entraide.

Concrètement, vous recevrez un email de confirmation qui vous donnera accès à vos 6 dossiers cadeaux offerts, et un code d’accès au Forum Privé des membres du Club, ceux qui lisent la revue et qui font tous les tests.

Il a y de tous les niveaux, de toutes les régions de France et de Navarre.

Voici quelques témoignages :

Et toutes ces personnes peuvent échanger entre elles, se rencontrer, s’entraider …

Tous les membres du Club ont immédiatement un accès à ce Forum Privé.

Il ne s’agit pas d’un Forum comme tout ce qui existe en ligne.

Qui se retrouve déserté au bout de quelques mois.

Chaque jour, les membres du Club postent des photos de l’évolution de leur jardin, de leurs récoltes, de leurs défis.

Vous pourrez y faire des trocs de graines, trouver des jardins à partager.

Partager vos réussites, vos échecs.

Rejoindre une famille bienveillante qui répond à vos questions toute la journée, même la nuit ou le week-end !

Outil N°2 du Club, la pertinence et le suivi humain de vos publications mensuelles !

En rejoignant le Club, vous allez recevoir le 1er de chaque mois, toute l’année,
une revue confidentielle ultra inédite de 32 pages !

Voici à quoi ressemble la version papier de cette revue 100% permacole, 100% sans pub :

Faite avec amour par et pour les amoureux de la nature qui construisent le monde de demain, d’aujourd’hui.

Voici en vidéo :

Mais la version numérique est également possible selon les préférences de chacun :

Qui écrit cette revue ?

Au début, je rédigeais seule les premières revues.

Comme vous êtes maintenant plus 200 000 à lire l’infolettre gratuite, et plus de 12 000 à être abonnés aux revues mensuelles de ce Club unique, je suis aidée par d’autres expertes permacultrices pour la rédaction.

Les meilleures expertes à votre chevet.

Ce sont deux amies qui mettent plus de 30 ans d’expérience et d’expertise à votre service.

C’est une chance folle de pouvoir bénéficier de leurs conseils, car elles n’ont normalement pas une minute pour écrire, et elles n’écrivent leur savoir nulle part ailleurs !

Tout leur savoir et leur savoir-faire enfin synthétisés quelque part, c’est une mine d’or !

Elles sont mamans, jardinières, de véritables héroïnes, engagées et militantes.

Elles travaillent dans l’un des rares jardins conservatoires de France pour préserver le patrimoine de nos graines anciennes !

Leur travail de fourmi est titanesque, et pourtant essentiel !

Effectivement il y a urgence à sauvegarder nos semences anciennes, en les faisant vivre dans des « jardins conservatoires ».

Car depuis l’agriculture intensive et le « Grand catalogue officiel des semences » (on va se passer d’ouvrir le débat…), c’est une véritable hécatombe :

Comme vous le savez sûrement, en moins de 50 ans :

– 90% de biodiversité dans le monde [6]

– 75% des variétés potagères en France [7]

Et on paie cette consanguinité de cultures dans nos champs, dans nos assiettes, dans nos veines…

Résultat, on pense bien faire en mangeant « 5 fruits et légumes par jour » alors qu’en réalité

La plupart des fruits et des légumes des supermarchés sont issus : de graines F1 (hybrides, industrialisées…), d’agriculture intensive et chimique, dont le lot de traitements pesticides et compagnie n’a pas fini d’empoisonner nos petits à petite dose, lentement mais sûrement.

On marche sur la tête

Nos sols sont tellement appauvris par des pratiques agricoles dévastatrices que même si on lui mettait de bonnes graines bio et d’espèces anciennes, on aurait du mal à obtenir le goût d’antan, et surtout les vitamines d’antan !

Car il faut rétablir un Tout :

  • Graines vivantes
  • Dans un sol vivant
  • Presque sans l’intervention du jardinier

Arnaque : on croque des légumes pleins d’eau… (quand ce n’est pas de produits chimiques)

Vous avez sûrement dû lire cet article de presse qui est terriblement choquant, terriblement vrai.

Il dit la chose suivante :

« Aujourd’hui, il faudrait manger 100 pommes
 pour obtenir autant de vitamines qu’une pomme produite en 1950. » [8]

Et, vu comment elles sont traitées, je ne vous le recommande surtout pas !

Sommes-nous condamnés à dépendre du système agro-alimentaire industriel et chimique ?

Non.
Il a fait son temps, il a fait ses preuves, il a surtout montré ses limites.

Aujourd’hui, on sait qu’avec la permaculture et d’autres techniques respectueuses de la terre, on peut produire :

✔︎ PLUS

✔︎ Et MIEUX

✔︎ Avec moins de coûts, tout en respectant la Terre

Mais puisque le système ne le met toujours pas en place au niveau national, qu’attendons-nous, nous, citoyens éveillés ?

L’avenir est dans les micro-potagers permacoles : voici ce qu’il vous faut pour commencer à nourrir votre famille !

Le 1er de chaque mois, je vous envoie une revue 100% permaculture, 100% utile et agréable.

De quoi récolter à vie au moins 36 légumes ultra facilement

Dans cette revue mensuelle, vous êtes accompagné de A à Z pour cultiver et récolter, chaque mois de l’année, une association de 3 plantes.

3 *12 = 36.

L’assurance d’avoir au moins 36 fruits et légumes qui poussent chez vous.
Qui sont les plus sains, les plus frais, les meilleurs pour votre santé !

Comme nous vous conseillons des espèces vivaces de préférence, vous savez qu’elles repousseront alors chez vous, sans effort.

Mais parfois, selon les saisons, nous vous recommanderons des plantations à ne surtout pas récolter

En effet, l’art de la permaculture, c’est l’équilibre : faire en sorte que la nature ET les jardiniers cohabitent, se nourrissent l’un et l’autre sans se porter préjudice.

Nous vous recommanderons donc en temps voulu toutes les espèces dites d’engrais verts et de légumineuses, comme par exemple ces 12 plantes pour nourrir le sol :

Le tour de force de cette revue mensuelle, c’est son trio d’association végétale

Voici le secret n°1 des jardiniers de ce Club = l’art des associations végétales !

C’est LE secret des rendements du jardin autonome.

Les vertus des associations végétales ne sont plus à prouver.

Les médias vous parlent très souvent de la fameuse « Milpa » en permaculture, autrement nommée en Europe « Les trois sœurs » :

En réalité, il existe des centaines d’associations à faire, ou à NE PAS faire !

Prenons le cas du fruit le plus consommé au monde

La tomate !

Grâce aux conseils inédits de cette revue, vous allez devenir un expert de chaque fruit ou légume, et vous saurez nourrir votre famille de différentes et délicieuses variétés de ce fruit ou légume, toute votre vie.

Prenons donc le cas de la tomate, que tout jardinier cultive pour le plaisir de ses papilles et de ses proches.

Cette revue vous est utile, que vous soyez jardinier averti ou débutant niveau zéro

Car il ne suffit pas de savoir quand faire le semis de tomate, il faut cumuler tous les 9 savoirs suivants pour vivre pleinement de son jardin :

N°1 : Portrait de la tomate – la seule façon d’avoir la main verte

En permaculture, on s’attache à connaître intimement les plantes que l’on adopte au jardin.
En effet, on ne peut viser l’autonomie alimentaire que si on cultive chez soi des plantes adaptées à chez soi !

Sinon, vous êtes voué à passer vos journées à désherber, arroser, mettre de l’engrais, du compost etc…

En somme, à adapter le terrain à la graine, au lieu de laisser la graine s’adapter au terrain (même erreur dans nos champs agricoles…).

Quand on sait que la tomate vient d’Amérique tropicale, ça change tout !

Chez nous, en Europe, la tomate est une culture annuelle (car elle gèle) et qu’il faut tutorer (car on veut des jardins « propres »).

Alors que dans son climat d’origine, c’est une plante vivace qui rampe aux arbres, au sol, un peu comme du lierre !

Concrètement, cela vous aide à déterminer le meilleur emplacement chez vous

A savoir un emplacement ensoleillé, dans l’idéal adossé à un mur, orienté au sud. Si vous ne disposez pas d’un tel mur, vous pouvez en construire un avec des balles de paille que vous pourrez réutiliser à l’automne en paillage, astuce permacole !

De par leur origine tropicale, les tomates vont préférer les sols légers se réchauffant facilement, bien travaillés, riches en humus et perméables, mais heureusement pour nous, elles s’adaptent à tout type de sols.

Vous deviendrez très vite le Sage de la tablée, prête à se régaler de votre première récolte, car vous découvrirez pour chaque plante présentée des anecdotes inconnues !

Par exemple, saviez-vous que :

  • Ce sont les Incas qui ont créé les premières tomates comestibles par croisement naturel ?
  • Que les conquistadors espagnols ne les croyaient pas, et que les premières tomates en Europe étaient uniquement des plantes ornementales ?
  • Il faudra attendre 1778 pour qu’elle devienne enfin une plante potagère officielle, inscrite dans le catalogue de référence de l’époque, celui de Messieurs Vilmorin et Andrieux.

L’industrie agroalimentaire ne propose que des tomates rouges (et souvent insipides)

Alors qu’en réalité il existe aujourd’hui plus de 7 000 variétés de tomates dans le monde, avec des espèces adaptées chez vous.

Il est temps de découvrir la grande palette de couleurs, oranges, jaunes, violettes, vertes, bicolores et striées que nous offre cette plante miraculeuse.

Je parie que seulement une personne sur 100 en France connaît le vrai goût des tomates

Celui des variétés anciennes de tomates, car c’est alors que l’on peut réellement apprécier leur saveur et leur texture succulentes qui laissent en bouche un souvenir inoubliable.

N°2 Comment savoir quelles variétés de tomate adopter chez vous ?

C’est primordial, et pourtant trop d’entre nous achetons des sachets de graines au hasard sur les rayons.

Pourtant c’est simple, dans la revue mensuelle on vous laisse faire le meilleur choix en vous présentant différents critères pour choisir le mieux pour votre famille selon le mois de l’année :

Extrait de la revue

 

  • Des espèces anciennes, oubliées, aux qualités nutritionnelles inégalées
  • Et où les trouver (vente en ligne, ou pas)
  • Des espèces qui permettent de récolter toute l’année selon les saisons : Vous avez la possibilité de commencer par quelques pieds de variétés hâtives comme la Marmande ou les mi-hâtives comme la St Pierre, et finir par les tardives telles que l’Ananas ou la Cœur de bœuf. Pour manger en salade, la tomate « Mangue », la tomate « Cœur de velours » et la « Green Zébra ». D’autres variétés pour les sauces ou les coulis, comme la tomate « Cœur », qui elle est aussi bonne crue que cuite.
  • Selon le goût recherché !

Là on parle de la tomate, mais comme la tomate s’associe à merveille avec le basilic, on vous recommande différentes variétés de basilic aussi, comme par exemple :

De quoi découvrir chaque année de nouvelles variétés pour le bonheur du palais et de la santé de vos proches !

Et surtout, des variétés anciennes, oubliées, rares.

Les meilleures pour nourrir la biodiversité de votre région, et vos intestins !

BONUS UNIQUE : DES REDUCTIONS DE PRIX CHEZ MES SEMENCIERS ARTISANAUX DE CONFIANCE

Dans chaque revue, pour chaque plante présentée, je vous recommande mes précieuses adresses de confiance pour acheter en ligne des semences anciennes, régionales, oubliées !

Les adresses varient selon les plantes, mais je connais bien le Conservatoire « Mille Variétés Anciennes » qui est souvent présent dans mes recommandations de semenciers artisanaux.

C’est une petite équipe à taille humaine dont la qualité et rareté des semences est incroyable.

En rejoignant ce Club privé de permaculteurs, vous bénéficiez d’un CODE PROMO pour obtenir une réduction de -15% sur votre première commande chez eux en venant de ma part. Tout est détaillé dans votre mail de confirmation une fois que vous êtes membre de ce Club unique 😊.

L’importance des graines anciennes, paysannes : c’est tellement important pour votre santé que je rappelle à nouveau l’importance de privilégier ces graines sur celles F1, ou juste « bio ».

Les graines non traitées sont un peu comme les humains : elles ont un microbiote qui les protège ! Ce microbiote naturel est « nettoyé » des graines F1 industrielles.
Conséquence, vous consommez des fruits et des légumes débiles, au sens privé de leur substance.

C’est comme vouloir laver les champignons avant de les manger, ou encore, boire un Kombucha « lavé » à l’alcool à 90°, un non-sens !

Notre alimentation doit être vivante, pas aseptisée à outrance. Déjà que les aliments transformés sont des calories vides… ne nous infligeons pas cela avec les succulents fruits et légumes du jardin naturel.

N°3 Comment cultiver votre pied de tomate adorée ?

Une fois que vous aurez choisi les variétés convoitées par la famille, il sera temps de passer à la plantation.

Qu’il s’agisse du guide du semis ou de la plantation, je vous donne souvent des techniques inédites et qui marchent !

Pour les tomates, je vous propose une technique de plantation qui donne de très bons résultats et renforce l’enracinement des pieds de tomates, et par conséquent leur bon développement et une meilleure résistance aux maladies.

Il serait trop long de l’expliquer ici, vous la découvrirez en détails dans vos archives du Club, mais en gros la technique consiste à :

  • Faire des semis ultra robustes en intérieur avec un mélange en godet gratuit et exceptionnellement efficace
  • Planter après les Saint de Glace ces semis vigoureux

Quand savoir quand ils sont prêts à être repiqués ?

Pas de panique, je vous l’ai dit, cette revue est holistique et vous accompagne pas à pas, à chaque étape, de la graine à l’assiette.

Vous aurez donc des photos qui aident à repérer le bon moment, par exemple !

Et pour la planter, j’ai encore d’autres astuces étonnantes comme coucher le plant dès repiquage :

Pour des résultats inédits :

N° 4 Avec qui les cultiver, ou pas, ces tomates ?

On l’a vu, cette revue mensuelle recommande un trio vertueux au potager, avec les associations possibles pour chaque plante !

Ici, le trio serait tomate + basilic + carotte. Pourquoi ?

Les carottes aiment la compagnie des tomates qui vont les protéger de leurs prédateurs connus sous le nom de « la mouche de la carotte ». Quant aux tomates, elles adorent la compagnie du basilic qui renforce leur goût et favorise leur croissance.

Ce trio est aussi un régal pour les yeux, car le jardin c’est aussi notre petit coin de paradis.

Cette association qui allie les couleurs écarlates des tomates rouges, vertes, ou jaunes et les différents feuillages du basilic allant du vert au pourpre ressemble à une danse multicolore qui comble les jardiniers passionnés que nous sommes.

Mais les tomates sont de bonnes compagnes, de nombreux légumes se plairont à leurs côtés. Elles protègent les asperges contre les criocères, éloignent les ravageurs des groseilliers. Cultivées près des rosiers, elles réduisent les dégâts des taches noires causées par un champignon.

N°5 Comment s’assurer d’augmenter les rendements naturellement ?

Vous aurez toutes nos techniques permacoles innovantes pour obtenir des récoltes similaires :

Extrait d’une revue

 

✔︎ Conseils pour augmenter la pollinisation
(En l’occurrence, même si les fleurs de tomates sont autogames – elles ont la capacité à s’auto-féconder – la présence d’insectes pollinisateurs augmente généreusement la production de fruits.)

✔︎ Astuces de mélanges naturels avant la plantation

N°6 Comment entretenir notre culture de tomates ?

Qu’il s’agisse d’une culture en extérieur, ou sur balcon ou en intérieur, je vous donne dans chaque situation les conseils adaptés !

Par exemple, dans le cas de l’égourmandage (= supprimer quelques jeunes tiges que l’on appelle justement les gourmands) :

  • En extérieur, vous pouvez supprimer la plupart des gourmands qui apparaissent, et tailler la tige principale après le quatrième bouquet.
  • En intérieur, inutile de supprimer les gourmands ! Selon la taille de votre pot/bac, il suffit de pincer la tige principale pour faire comprendre à la plante qu’elle ne doit pas buissonner de trop…

Et l’arrosage ?

Chaque plante a des besoins différents en eau. Vous découvrirez pour chaque trio mensuel comment faire au mieux, et comment limiter les besoins en eau.

Car une plante trop arrosée est une plante assistée ! Or le permaculteur veut un jardin autonome…

Pour le coup, les tomates sont très gourmandes en eau chez nous, puisque nos contrées ne sont pas leur biotope d’origine.  Et donc, concrètement :

  • Un arrosoir tous les 15 jours pour aider les racines qui poussent superficiellement
  • Toujours pailler, on vous précise comment (avec quoi, quantité, etc…)

Et pour avoir de belles tomates, ne privez pas les pieds d’un bon arrosage au purin d’orties tous les 15 jours, jusqu’à l’apparition des premières tomates, ensuite plus la peine !

N°7 Comment traiter naturellement les maladies de la tomate ?

Vous constaterez que les tomates qui ne sont pas taillées sont plus résistantes aux maladies, qu’elles donnent plus de fruits, et produisent plus longtemps.

(Et c’est logique, vous verrez en permaculture à quel point tout est lié : les branches aux racines, et vice versa. Donc en coupant les branches, vous « coupez » indirectement certaines racines qui leur sont reliées, donc vous privez la plante d’une partie de ses réserves de nutriments).

Si vous décidez de ne pas les tailler, il faudra systématiquement les protéger des températures basses et de l’humidité de la nuit, car leur développement buissonnant au sol ne favorise pas l’aération.

Or manque d’aération = mildiou ou la maladie du « cul noir » !

Vous obtiendrez tous mes conseils prévention et curation de ces fléaux du jardinier, qui deviendront bientôt un lointain souvenir !

N° 8 comment savoir quand c’est bon pour récolter ?

Je vous l’ai dit, cette revue s’adresse à tout le monde, et aucune question « bête » n’existe.

Qu’il s’agisse de la tomate, ou d’espèces étonnantes que vous découvrirez au fil de l’année et des saisons, on vous donnera toutes les astuces pour déguster dans l’heure au meilleur moment possible

Pour redécouvrir ces gestes évidents d’antan, un peu comme le tour du poignet aux trois-quarts quand veut tester si la pomme est bonne à être récoltée de la branche, ou si elle veut encore y rester ! Ce qui est mieux pour votre santé, car le meilleur fruit est celui récolté à temps.

Il va falloir attendre encore deux mois après la plantation pour commencer à récolter vos tomates.

Bien sûr, en serre, elles mûriront bien-sûr plus vite qu’en extérieur, mais attention aux fortes chaleurs qui peuvent détruire les fleurs de vos pieds de tomates et même en changer la saveur s’il fait réellement très chaud.

En cas de canicule, on constate que les tomates (même de variétés anciennes) ont moins de goût qu’habituellement.

Et c’est… normal !

Car elles mûrissent trop vite et n’ont pas le temps de fabriquer leurs sucres.

C’est quand elles sont à parfaite maturité qu’elles dégagent toutes leur saveur. Ramassez-les en cassant la queue de la tige principale, les tomates restent fraîches plus longtemps si on les retire avec leur calice.

Par ailleurs, grâce à leurs 90 % d’eau, leurs 3 à 4 % de sucre et leur faible taux de protides et de lipides, les tomates sont à consommer sans modération quand elles sont à parfaite maturité !

N° 9 quels sont les bienfaits santé de la tomate ?

Des travaux scientifiques ont démontré qu’ingérer 1000 mg/jour de vitamine C, très présente dans la tomate, contribue à prévenir les crises d’asthme, les bronchospasmes, la respiration sifflante et les infections respiratoires [9].

Riche aussi en carotène, elle constitue aussi un antioxydant très puissant qui intervient au niveau de la croissance cellulaire.

Attention – des études ont constaté que l’on trouve des éléments toxiques en très faible quantité dans les feuilles, les racines et les tomates vertes.

Mais ils ne sont pas dangereux pour notre santé tant que l’on n’en consomme pas en très grande quantité.

Faire peu, mais faire bien, vous l’aurez compris : c’est notre promesse dans ce Club de permaculteurs bienveillants

De quoi obtenir rapidement des maxi récoltes, et mettre en place tranquillement le grand puzzle de la permaculture chez vous :

Ce que l’on vient de voir pour la tomate, vous le verrez pour chacune des plantes du trio du mois dans votre revue du Club

✔︎ Les principes de permaculture et leurs techniques selon le mois de l’année

✔︎ Le trio de plantes à adopter ce mois-ci

✔︎ Portrait botanique et historique de chacune

✔︎ Ses bienfaits pour le sol et les pollinisateurs

✔︎ Les variétés à choisir

✔︎ Où les acheter

✔︎ Comment les planter (guide semis ou tutoriel plantation)

✔︎ Conseils de culture et entretien

✔︎ Comment améliorer les rendements

✔︎ Quelles plantes compagnes

✔︎ Le calendrier des plantations en fonction de la lune et des régions

✔︎ Comment traiter ou prévenir naturellement les maladies
(comme le fameux purin de sureau contre les campagnols, mulots et taupes
ou encore la recette du purin d’ortie comme engrais naturel, ou désherbant, selon le dosage !)

✔︎ Quelles recettes de cuisine faire

✔︎ Quels remèdes médicinaux ou de beauté faire pour chaque plante du jardin

✔︎ ETC !

Mais ce n’est pas tout,
puisque la permaculture ce n’est pas QUE du jardinage…

Vous découvrirez des recettes à faire en famille pour
remplacer peu à peu tous les produits chimiques que l’on

peut créer soi-même !

Dentifrice naturel, cure d’argile, onguent de beauté, etc…

Bienvenue dans le cercle vertueux du jardinage permacole ! Ne vous en privez plus :

A ma connaissance, le jardinage est la seule activité qui réponde immédiatement à tous nos besoins vitaux :

Sans rentrer dans des débats consuméristes et conspirationnistes…

Vous vous doutez bien que si chacun de nous se réappropriait notre nourriture et notre santé naturelle… cela ferait beaucoup de changements dans la société 😉.

 

Comment rejoindre ce Club, ce réseau de permaculture bienveillant ?

Pour bénéficier de vos revues mensuelles, de leurs archives, et du forum privé des lecteurs de cette revues, il vous suffit d’adhérer à ce Club.

Combien ça coûte ?

Le juste prix pour couvrir l’ensemble de la chaîne de valeur des revues (conception, rédaction, relecture, mise en page, photographies, rémunération des experts, des petites mains attentionnées etc.) est de 27 € pour 12 numéros (en cas de paiement SEPA, ou 30 € en cas de paiement carte bancaire)

⚠️ sans compter les frais de port des revues mensuelles en cas de livraison à domicile selon votre domiciliation : 20 € / an, partout dans le monde.

Soit 2,25 € le numéro mensuel de 32 pages !

Soit 0,07 € la page, c’est le meilleur investissement possible puisque chaque page vous met sur la voie de l’autonomie alimentaire (et de sacrées économies à la clé en nourriture bio et budget santé).

Voici des retours sincères de membres du Club :

Ma politique est la transparence, vous trouverez de nombreux autres témoignages d’abonnés à ce Club sur ce site d’avis vérifiés :

Sur le bon de commande, vous pourrez choisir l’abonnement qui vous convient le mieux

✔︎ Trimestriel ou annuel

✔︎ Format papier ou format numérique

Voici les conditions :

✔︎ Être un membre bienveillant, qui partage avec la communauté ses progrès, ses doutes, ses réussites

✔︎ La possibilité de résilier votre abonnement à tout moment

✔︎ L’abonnement trimestriel se perpétue autant de temps que vous le souhaitez

✔︎ Pour l’abonnement annuel, je vous enverrai un email pour vous demander si vous souhaitez renouveler votre abonnement

Comme je sais que les contenus de ce Club sont ultra qualitatifs, j’ajoute une garantie de remboursement unique !

Et je compte sur votre loyauté.

C’est pourquoi je vous garantis « 1 saison permacole ENSEMBLE – avec le Club »

Concrètement, si au bout de 3 mois, de 3 parutions, vous n’êtes pas satisfait, si vous ne voyez pas de changements significatifs pour vous :

  • Malgré l’accompagnement des revues mensuelles pour suivre votre rythme
    (plus de 30 pages de contenu ultra concret pour jardiner toute l’année – le secret des pro)
  • Malgré l’accès à tous les archives numériques de ce Club unique
  • Malgré les réponses immédiates de 5 000 autres permaculteurs de France sur le Forum Privé de la revue
  • Malgré mes réponses personnelles lorsque vous m’écrivez sur un cas particulier
  • Malgré vos 6 dossiers cadeaux de bienvenue pour débuter en permaculture sans erreurs
    (plus de 100 pages inédites)

Alors, durant cette première saison de test, je vous rembourserai intégralement sans vous poser la moindre question.

Oui, vous avez bien lu.

Il suffit de m’écrire sur ce formulaire de contact (merci par avance de bien me notifier l’adresse email avec laquelle vous vous étiez abonné).

Et cette garantie fonctionne quelle que soit la saison de l’année, car en permaculture on jardine 365 jours par an.

Vous ne prenez donc aucun risque 😊, et tout le travail que vous aurez commencé est une cure de jouvence pour la nature, votre lopin de terre.

Pour rappel, je vous offrirai immédiatement ces 6 guides essentiels de bienvenue pour toute adhésion au Club :

Suivez votre intuition et ne passez pas à côté du prochain numéro exceptionnel que je vais vous envoyer pour démarrer / améliorer votre potager 100 % naturellement !

Maintenant, vous savez.

A vous de choisir ou d’offrir l’abonnement qui vous convient le mieux :

En cliquant sur les boutons ci-dessous, vous serez redirigé vers votre bon de commande 100% sécurisé afin de procéder à la finalisation de votre commande selon vos préférences.

  • Je rejoins le Club à la saison* et je reçois
    Ma revue inédite le 1er de chaque mois

Papier + numérique

12€ Sepa / trimestre
15€ CB / trimestre

Frais de port inclus
dans le monde entier

100% digitale

7€ Sepa / trimestre
10€ CB / trimestre

  • Je rejoins le Club à l’année** et je reçois
    Ma revue inédite le 1er de chaque mois

Papier + numérique

27€ Sepa / an
30€ CB / an

+

Frais de port / an
20€ partout dans le monde

100% digitale

27€ Sepa / an
30€ CB / an

* : Votre abonnement suit les saisons et sera renouvelé automatiquement tous les 3 mois.

** : L’an prochain, vous recevrez un rappel par email avant la reconduction tacite de votre abonnement.

Comme d’habitude, dans tous les cas, une simple prise de contact via notre formulaire suffit pour vous désabonner à tout moment.

En cliquant sur les boutons ci-dessus, vous serez redirigé vers votre bon de commande 100% sécurisé afin de procéder à la finalisation de votre commande selon vos préférences.

  • Dès mon paiement, je reçois un email de confirmation me donnant les accès confidentiels pour accéder immédiatement au Forum mondial et découvrir les permaculteurs du Club de ma région.
  • Je reçois également immédiatement mes 6 dossiers cadeaux de bienvenue !
  • Je recevrai ma prochaine revue numérique le 1er du mois, puis le 1er de chaque mois.
  • Je recevrai ma prochaine revue format papier :
  • J’ai une « garantie satisfait ou intégralement remboursé » de 90 jours à compter du règlement de ma commande
  • Je ne paie aucun frais de résiliation
  • Je peux régler par carte bancaire ou mandat de prélèvement SEPA.
  • J’ai conscience qu’il s’agit d’un Club important et que mon adhésion permet de soutenir l’infolettre Saine Abondance et les frais des revues du Club.

Pour toute question, n’hésitez pas à me contacter via ce formulaire.

Il est temps de prendre soin de vous,
Florence

Saine Abondance

CGV